Améliorer la productivité et la survie du panic érigé à long terme pour rentabiliser l’investissement des producteurs et favoriser son utilisation sur les terres en friche et marginales

Marc-Olivier Gasser, chercheur

Marc-Olivier Gasser

Chercheur, agr., Ph. D.

418 643-2380
poste 650

Joindre Marc-Olivier Gasser
Catherine Bossé, chargée de projets en pédologie

Catherine Bossé

Chargée de projets en pédologie, agr.

418 643-2380
poste 405

Joindre Catherine Bossé

Jean-Benoît Mathieu, M. Sc.

Professionnel de recherche

Joindre Jean-Benoît Mathieu, M. Sc.

Description

Le panic érigé (Panicum virgatum L.) peut produire d’importantes quantités de biomasses de paille sur des terres marginales pendant plusieurs années avec de faibles apports d’intrants. Sa productivité peut par contre être limitée à la fois par le climat et par les conditions de sol, telles que le drainage, la rétention en eau, la profondeur du roc, la présence de couches indurées, l’acidité et la fertilité naturelle. Des producteurs ont signalé que des zones de mortalité peuvent se dessiner à l’intérieur d’un champ, et que certains champs montrent des signes de dégénérescence du couvert de panic après 3 à 7 années de production seulement. Les limitations présentées dans les cartes de sol en terres marginales sont mal prises en compte dans les budgets de culture du panic et peuvent grandement en affecter la rentabilité.

Le projet vise donc à mieux comprendre les facteurs limitant la longévité et la productivité du panic érigé en terres marginales dans les différentes régions du Québec et à formuler des recommandations pour assurer cette productivité, sinon renseigner le producteur sur les limites de son investissement. Les producteurs cultivant du panic au Québec seront invités à fournir l’information sur leurs champs dans une plateforme interactive leur permettant de comparer la productivité de leur culture à la moyenne régionale considérant les conditions de sols et climatiques particulières à leurs champs. Parallèlement, une campagne d’échantillonnage ainsi que des profils de sols seront effectués sur une douzaine de sites chez les producteurs pour préciser les effets de ces facteurs limitants sur la productivité.

Objectif(s)

  • Soulever les conditions limitantes pouvant affecter la culture du panic érigé par un inventaire des champs cultivés en panic au Québec;
  • Investiguer chez les producteurs les conditions limitant la productivité et la longévité du panic érigé en terres marginales;
  • Définir le potentiel de productivité du panic érigé en terres marginales et rapporter les causes de déclin associées aux limitations de sol;
  • Développer des outils pour informer les producteurs sur les améliorations foncières à réaliser et sur le retour sur investissement de ces améliorations.

De 2024 à 2026

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Inventaire des terres du Canada, Inventaire des problèmes de dégradation des sols agricoles du Québec, Études pédologiques

Services

Partenaires

CÉROM (Centre de recherche sur les grains) / CECPA (Centre d’études sur les coûts de production en agriculture) / FADQ (Financière agricole du Québec) / CQPF (Conseil québécois des plantes fourragères) / MSF (Mon Système Fourrager) / MAPAQ (Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec) / AAC (Agriculture et Agroalimentaire Canada)

Cela pourrait vous intéresser

Révision des grilles de référence en fertilisation du MAPAQ

En tant que mandataire du plan de révision des grilles de référence en fertilisation, l’IRDA effectue la planification, la coordination et le suivi des activités requises pour la révision des grilles de référence en fertilisation du MAPAQ.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry

Étude sur l’état de santé des sols agricoles du Québec

Le projet consiste à évaluer l’état des sols à partir d’un échantillonnage représentatif des principales régions pédologiques et matériaux parentaux du Québec.

En savoir plus sur le projet

Marc-Olivier Gasser
Claude Bernard
Catherine Bossé
2016-2018 • Grandes cultures

Comparaison de la culture annuelle à la culture en fin de saison d'engrais vert de légumineuses pour augmenter la résilience du sol et fournir un apport suffisant d'azote

Le projet compare les effets de l’implantation d’engrais verts de pleine saison, en association ou à la dérobée sur les prélèvements en azote des cultures principales (maïs et blé) sous régie biologique.

En savoir plus sur le projet

Aubert Michaud, retraité
Marc-Olivier Gasser
Maryse Leblanc
F