Développement de stratégies pour réduire et contrôler des agents pathogènes dans l’eau d’abreuvement dans les élevages extérieurs de vaches-veaux

Caroline Côté, chercheure

Caroline Côté

Chercheure

450 653-7368
poste 310

Joindre Caroline Côté
Stéphane Godbout, chercheur

Stéphane Godbout

Chercheur

418 643-2380
poste 600

Joindre Stéphane Godbout

Description

Un projet préliminaire réalisé chez 23 fermes a eu pour but de vérifier la qualité bactériologique de l'eau des bassins d'abreuvement des bovins en élevage extérieur. Pour toutes les fermes, à l'exception d'une seule, le dénombrement de coliformes fécaux était plus élevé que 80 UFC/100 ml. Le portrait était semblable pour les bactéries Escherichia coli et pour les entérocoques. Les résultats préliminaires ne peuvent pas être analysés statistiquement et il n'est pas possible d'en tirer des conclusions précises ou de généraliser. Toutefois, ces résultats sont suffisamment préoccupants pour inciter l’équipe de recherche à investiguer plus en profondeur la source et l'étendue de cette problématique afin de proposer des solutions. En effet, les éleveurs de vaches-veaux maximisent l'élevage extérieur et la qualité de l'eau d'abreuvement a un impact direct sur la santé animale et sur la dissémination possible d'agents pathogènes dans l'environnement. En influençant la santé des bovins, la qualité de l'eau de boisson a aussi un impact sur la présence d'agents pathogènes lors de l'abattage et donc sur la salubrité des aliments produits.

Objectif(s)

  • Diminuer les impacts des élevages extérieurs sur la qualité de l'eau en réduisant les agents pathogènes pouvant se propager jusque dans la chaîne alimentaire.
  • Évaluer la qualité de l'eau de boisson dans plusieurs fermes à chacune des saisons de l'année en fonction de divers types de bassins d'abreuvement.
  • Proposer, si nécessaire, des stratégies réalistes applicables à la ferme pour contrôler les agents pathogènes et réduire les répercussions sur la salubrité des aliments tout au long de la chaîne de production.

De 2019 à 2022

Durée du projet

Production animale

Secteurs d'activité

Salubrité et innocuité des aliments

Service

Améliorer la qualité de l'eau des animaux aura un effet positif sur la salubrité des aliments produits.

Partenaire

Université Laval

Cela pourrait vous intéresser

Épandage

Validation des outils préconisés pour réduire la saturation des sols en phosphore par une analyse de l'état des sols et du bilan de phosphore dans une région à forte densité animale

Ce projet se veut une occasion de démontrer que les efforts déployés par les producteurs pour mieux répartir le phosphore sur le territoire portent fruit et que les indicateurs utilisés pour déterminer les seuils de saturation en phosphore ont un lien avec le bilan et la dynamique du phosphore apporté dans les sols.

Chercheur : Marc-Olivier Gasser

En savoir plus sur le projet

Marc-Olivier Gasser
Épandage de lisier
2019-2023 • Production animale

Émissions fugitives à la suite de l’épandage de fumier : Évaluation et mitigation des risques

Ce projet s’intéresse aux risques posés par l’épandage des fumiers sur la biosécurité des élevages, mais également sur la santé humaine des travailleurs et des populations avoisinantes ainsi qu’aux émissions dans l’environnement.

Chercheur : Stéphane Godbout

En savoir plus sur le projet

Stéphane Godbout
Fosse à lisier
2015-2017 • Production animale

Traitement du méthane d'une structure d'entreposage du lisier avec couverture à l'aide d’un biofiltre à haute efficacité

L’entreposage du lisier est une source importante de méthane, un puissant gaz à effet de serre. L'objectif principal de ce projet est de démontrer la performance à long terme d'un biofiltre.

En savoir plus sur le projet