Adaptation de méthodes de détection quantitative pour établir des seuils de nuisibilité de la tache argentée dans le sol et sur les semences de pommes de terre pour modéliser la prédiction des risques de pertes économiques

Richard Hogue, chercheur

Richard Hogue

Chercheur

418 643-2380
poste 420

Joindre Richard Hogue

Description

Le champignon pathogène Helminthosporium solani cause la tache argentée qui est difficile à détecter dans les sols et sur les tubercules récoltés. Cette maladie réduit les rendements et détériore l’apparence des tubercules, particulièrement à la suite de la période d’entreposage des récoltes. Les stratégies de mise en marché des pommes de terre pour le marché frais misent sur les emballages plastiques où l’apparence des pommes de terre joue un rôle prépondérant. La réduction des pertes repose donc prioritairement sur l’emploi de tests de détection quantitative sensibles, précis et abordables. Des tests PCR quantitatifs (qPCR) appliqués à des échantillons de sols ou des tubercules permettront de déterminer des seuils d’infection au-delà desquels le risque de pertes économiques à la plantation ou à la suite de l’entreposage est trop grand. Ces modèles novateurs de quantification et d'estimation du risque économique de la transmission sont un facteur clé pour le maintien et l’accroissement de la compétitivité des entreprises de pommes de terre du Québec.

Objectif(s)

  • Développer des tests qPCR pour déterminer la prévalence et le taux de détection de la tache argentée (Helminthosporium solani) avec des échantillons de tubercules et de sols.
  • Déterminer des seuils de nuisibilité de la tache argentée à la qualité des pommes de terre.
  • Développer des modèles novateurs de prédiction des pertes économiques basés sur les seuils de nuisibilité applicables aux diverses étapes de production des pommes de terre de semences et de consommation.
  • Diffuser un guide des bonnes pratiques de gestion de la tache argentée lors de la production et de l’entreposage des pommes de terre de semences et de consommation.

De 2016 à 2017

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Salubrité et innocuité des aliments

Services

Ce modèle novateur de quantification et d'estimation contribuera à l’accroissement de la compétitivité des entreprises de pommes de terre du Québec.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Cultivons l’avenir 2 | Groupe Pousse-Vert | Phytodata | ProgesT2001

Cela pourrait vous intéresser

Ferme - Île d'Orléans

Le défi de l’eau : l’Île d’Orléans se mobilise

Ce projet vise à explorer et à expérimenter de nouvelles approches et façons de faire pour maintenir, développer et mettre en valeur le secteur bioalimentaire de l'Île d'Orléans en évaluant des solutions qui ont le potentiel de diminuer, voir éliminer, le déficit hydrique sur ce territoire.

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Stéphane Godbout
Brocolis
2015-2019 • Production maraîchère

Sélection et gestion d'intercalaires de légumineuses en cultures maraîchères biologiques

Ce projet valide l'utilisation d'intercalaires de légumineuses pour lutter contre les ennemis en cultures maraîchères (insectes, maladies et mauvaises herbes) tout en assurant une amélioration de la productivité et de la qualité des sols ainsi qu'une rentabilité économique.

Chercheure : Annabelle Firlej

En savoir plus sur le projet

Annabelle Firlej
2018-2019 • Production maraîchère

Évaluation d’une régie d’application en bande fractionnée de fientes granulées de poules dans le chou en production maraîchage biologique

Ce projet vise à développer, pour les cultures maraîchères exigeantes en azote et cultivées en rangs - telles que le chou d’été - une régie de fertilisation utilisant les granules de fientes de poules afin de mettre à profit l’application en bande et le fractionnement.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry