Estimation de la valeur économique de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides en grandes cultures

Luc Belzile

Description

Ce projet visait à estimer l’impact économique du développement de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides. Pour y arriver, différentes méthodes quantitatives ont été exploitées, dont l’approche économétrique et l’analyse par enveloppement des données. Les données émanaient d’un projet mené par le Centre de recherche sur les grains (CÉROM).

Objectif(s)

  • Mesurer la productivité marginale des herbicides en grandes cultures.
  • Estimer l'impact de la résistance des mauvaises aux herbicides sur la productivité marginale.

De 2015 à 2017

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet a démontré que les applications d'herbicides avaient un effet significatif négatif sur la valeur des ventes de grains.

Partenaires

Cultivons l'avenir II | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec - Programme Innov'Action | Agriculture et Agroalimentaire Canada | Centre de recherche sur les grains

Cela pourrait vous intéresser

2016-2018 • Grandes cultures

Évaluation de la rentabilité des cultures de couverture à l'échelle de l'entreprise agricole

Dans ce projet, les bénéfices privés, à l’échelle de la ferme, des cultures de couverture ont été évalués, et ce, pour plusieurs de ces cultures et selon plusieurs modes d’implantation.

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

2019-2022 • Grandes cultures

Utilisation optimale de l'eau et des nutriments par les cultures au moyen du drainage contrôlé

La démarche du projet repose sur des mesures en continu des hauteurs de la nappe d'eau au champ, des exportations d'eau et des flux de sédiments, d'azote et de phosphore au drain de quatre champs en production de grandes cultures.

En savoir plus sur le projet

Aubert Michaud, retraité
2019-2022 • Grandes cultures

Impact des céréales d’automne sur la rentabilité, l’amélioration de la santé du sol et la réduction de l’usage des pesticides par rapport aux céréales de printemps

Dix sites d’essai seront installés deux années consécutives chez les producteurs dans dix régions en régie conventionnelle ou biologique pour comparer la performance des céréales d’automne à celle des céréales de printemps.

Chercheurs : Marc-Olivier Gasser Caroline Côté Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Marc-Olivier Gasser
Caroline Côté
F