Estimation de la valeur économique de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides en grandes cultures

Luc Belzile, chercheur

Luc Belzile

Chercheur

418 643-2380
poste 630

Joindre Luc Belzile

Description

Ce projet visait à estimer l’impact économique du développement de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides. Pour y arriver, différentes méthodes quantitatives ont été exploitées, dont l’approche économétrique et l’analyse par enveloppement des données. Les données émanaient d’un projet mené par le Centre de recherche sur les grains (CÉROM).

Objectif(s)

  • Mesurer la productivité marginale des herbicides en grandes cultures.
  • Estimer l'impact de la résistance des mauvaises aux herbicides sur la productivité marginale.

De 2015 à 2017

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet a démontré que les applications d'herbicides avaient un effet significatif négatif sur la valeur des ventes de grains.

Partenaires

Cultivons l'avenir II | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec - Programme Innov'Action | Agriculture et Agroalimentaire Canada | Centre de recherche sur les grains

Cela pourrait vous intéresser

Calculatrice
2016-2018 • Grandes cultures

Impact de l'adoption de la gestion intégrée des ennemis des cultures sur la rentabilité des entreprises de grandes cultures

Ce projet vise à évaluer l’impact de la gestion intégrée des ennemis des cultures (GIEC) sur la rentabilité des entreprises en grandes cultures.

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Luc Belzile
Trèfle et blé
2014-2017 • Grandes cultures

Développement et adaptation de technique de cultures de couverture à la région de l'Estrie (volet économique)

Dans ce projet réalisé par le Club agroenvironnemental de l’Estrie, l’IRDA est responsable de l’analyse économique

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Luc Belzile
Engrais verts
2014-2017 • Grandes cultures

Impacts agronomiques et environnementaux de divers types d’engrais organiques et d’engrais verts en production biologique de grandes cultures

Ce projet a permis d’évaluer l’effet de différents modes de fertilisation du maïs, du soya et du blé sur les rendements commercialisables, la qualité des récoltes et les pertes de nitrates et de microorganismes potentiellement pathogènes pour l’humain l’environnement.

Chercheure : Caroline Côté

En savoir plus sur le projet

Caroline Côté