Stratégies d’atténuation de la dégradation des sols de grandes cultures en semis direct qui ciblent une réduction des applications d’herbicides et l’augmentation de la qualité des sols et des rendements

Richard Hogue, chercheur

Richard Hogue

Chercheur

418 643-2380
poste 420

Joindre Richard Hogue
Marc-Olivier Gasser, chercheur

Marc-Olivier Gasser

Chercheur

418 643-2380
poste 650

Joindre Marc-Olivier Gasser

Description

Le projet de trois ans étudiera une gamme de régies d’atténuation dans un système de grandes cultures (maïs–soya–céréales). Les applications d’herbicides à base de glyphosate varieront de niveau « élevé » (régie de base) à « aucune » (régies biologiques). Les régies d’atténuation offriront un spectre d’emploi de cultures intercalaires ou de couvertures végétales et d’applications d’herbicides selon les régies d’atténuation adoptées par les producteurs participants au projet.

À l’automne de la deuxième année, les sols prélevés dans les champs sous quatre régies représentant une gamme d’impacts du semis direct seront mis en contenants pour un essai en chambre de croissance sous des conditions contrôlées afin d’avoir un dispositif expérimental avec répétitions qui ajoutera des valeurs de référence aux valeurs observées sur 3 ans dans les 12 champs pour bien développer le modèle prédictif et quantitatif. Des indicateurs physico-chimiques et agronomiques ainsi que des mesures des teneurs en glyphosate et en acide aminométhylphosphonique dans les sols, et l’analyse du microbiome des sols seront calculés.

Objectif(s)

  • Déterminer les impacts d’une gamme de régies des grandes cultures en semis direct en champs et en chambre de croissance.
  • Développer un modèle prédictif de l’efficacité des régies d’atténuation de la dégradation des sols qui combine, aux indicateurs usuels de la qualité des sols, de nouveaux indicateurs issus de l’analyse quantitative de la diversité des microbiotes du sol et de la mesure des teneurs en glyphosate et en acide aminométhylphosphonique dans le sol.

De 2019 à 2023

Durée du projet

Santé des sols, Pesticides et lutte aux nuisances

Services

Les régies mises à l'essai dans ce projet réduiront l'utilisation du glyphosate, une substance classée « probablement cancérigère » par le Centre international de recherche sur le cancer.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Université du Québec à Montréal

Cela pourrait vous intéresser

Biopesticide
2016-2018

Étude du potentiel pesticide d’une huile issue de la pyrolyse de résidus de biomasse

Le projet vise à produire un biopesticide par pyrolyse à partir de résidus agricoles et forestiers.

Chercheur : Stéphane Godbout

En savoir plus sur le projet

Stéphane Godbout
Fruits et légumes déclassés
2018-2019

Valorisation des résidus agroalimentaires en biomolécules d’intérêt agricole : Tests stratégiques de criblage sur les résidus

Les présents travaux consistent à rendre disponible l’expertise de l’IRDA dans le domaine agroenvironnemental pour mener à bien l’étude sur la valorisation des résidus agroalimentaires en biomolécules d’intérêt agricole.

Chercheur : Stéphane Godbout

En savoir plus sur le projet

Stéphane Godbout
Pyrolyseur
2014-2017

Valorisation de résidus agricoles par conversion thermochimique afin de produire un combustible destiné aux systèmes de chauffage au mazout no 2 actuellement en place dans les entreprises serricoles

Ce projet de recherche a permis de transformer, par pyrolyse rapide, diverses matières résiduelles agricoles en un biocombustible destiné aux systèmes de chauffage fonctionnant au mazout no 2.

Chercheur : Stéphane Godbout

En savoir plus sur le projet

Stéphane Godbout