Évaluation de l'efficacité de quatre biofongicides dans la répression de la pourriture à sclérotes (sclérotiniose) en culture de soya – Volet économique

Luc Belzile, chercheur

Luc Belzile

Chercheur

418 643-2380
poste 630

Joindre Luc Belzile

Description

Dans ce projet initié par le Centre de recherche sur les grains (CÉROM), l'efficacité et la rentabilité de quatre biofongicides pour la lutte contre Sclerotinia dans le soya sont évaluées. Un témoin non traité et un fongicide chimique servent de témoins. Des essais de deux ans (2018-2019) seront réalisés au champ sur le site du CÉROM artificiellement inoculé et dans un champ d'un producteur avec un historique de fortes infestations. Leur efficacité sera évaluée en se basant sur l'indice de sévérité de la maladie (DSI), sur le nombre d’apothécies produites, sur le rendement et sur la qualité des grains après la récolte. Dans ce projet, l’équipe de recherche en économie de l’agroenvironnement de l’IRDA est responsable de l’analyse économique pour mesurer la rentabilité des produits mis à l’essai. Au terme de ce projet, une stratégie de lutte biologique efficace et économique sera proposée.

Objectif(s)

  • Identifier des biofongicides efficaces dans la répression de la sclérotiniose dans la culture du soya et dont l'utilisation serait rentable pour les producteurs de soya.
  • Évaluer les effets de l'utilisation de biofongicides dans des semis avec des écartements entre-rangs différents sur l'incidence de la maladie, sur le rendement et sur la qualité des grains de soya.
  • Comparer l'efficacité de l'utilisation des biofongicides appliqués au sol en pré-semis incorporé avec celle des biofongicides pulvérisés sur le feuillage.
  • Évaluer l'impact économique de l'utilisation des biofongicides dans la production du soya.

De 2018 à 2020

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

L’IRDA possède l'expertise pour mesurer la rentabilité des produits pour lutter contre des ennemis des cultures.

Partenaires

Centre de recherche sur les grains | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec - Prime-Vert, volet 4

Cela pourrait vous intéresser

Engrais verts
2014-2017 • Grandes cultures

Impacts agronomiques et environnementaux de divers types d’engrais organiques et d’engrais verts en production biologique de grandes cultures

Ce projet a permis d’évaluer l’effet de différents modes de fertilisation du maïs, du soya et du blé sur les rendements commercialisables, la qualité des récoltes et les pertes de nitrates et de microorganismes potentiellement pathogènes pour l’humain l’environnement.

Chercheure : Caroline Côté

En savoir plus sur le projet

Caroline Côté
Ruisseau et technicien

Outil de diagnostic et de prédiction des exportations diffuses de sédiments et nutriments : GEODEP+N

Ce projet visait à intégrer les connaissances scientifiques actuelles afin de développer un outil de prévision à référence spatiale des exportations diffuses de sédiments, d’azote et de phosphore, applicable à l’échelle de la ferme et du bassin versant.

Chercheur : Aubert Michaud

En savoir plus sur le projet

Aubert Michaud
Maïs biologique
2015-2018 • Grandes cultures

Développement d'une régie de fertilisation azotée basée sur les engrais verts complémentés d'un démarreur d'engrais de ferme pour la production de grains biologiques

Dans une rotation blé/maïs-grain/soya, l'utilisation d’engrais verts permettra d’obtenir des rendements en grains biologiques rentables tout en limitant les apports de phosphore.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry