Pièges automatisés pour la surveillance phytosanitaire des vergers : évaluation des systèmes actuels et potentiel futur pour le Québec

Gérald Chouinard, chercheur

Gérald Chouinard

Chercheur

450 653-7368
poste 340

Joindre Gérald Chouinard
Daniel Cormier, chercheur

Daniel Cormier

Chercheur

450 653-7368
poste 360

Joindre Daniel Cormier

Description

Les pièges automatisés permettent, en théorie, d'augmenter la précision de la surveillance et de cibler de façon plus adéquate les traitements pesticides, de le faire à un moindre coût, de diminuer le nombre de visites sur le terrain (augmenter la durée des intervalles entre les périodes de dépistage) et de faciliter le partage des données de dépistage entre les différents intervenants tout en maintenant l'exactitude des données de dépistage. Le présent projet vise à mesurer le potentiel actuel de cette technologie et d'extrapoler son potentiel futur dans le contexte d'un réseau de surveillance pour les pommiers. Les paramètres seront donc mesurés durant trois ans à travers un réseau de dépistage de cinq espèces sur un minimum de sept sites répartis dans les principales régions pomicoles du Québec. Différents types de pièges attractifs automatisés (Spensa, Trapview et IRDA) seront comparés avec le piège à dépistage standard pour les ravageurs suivants (excluant les cas d’incompatibilité d'un système avec certaines espèces) : hoplocampe, mouche de la pomme, tordeuse à bandes obliques, carpocapse de la pomme et sésie du cornouiller. Le piège IRDA consistera en un assemblage maison d'un piège, d'une caméra, d'un modem et d'accessoires disponibles sur le marché. Les comparaisons serviront à établir le mode d’utilisation recommandé pour les technologies évaluées au sein du Réseau-pommier et, le cas échéant, à la ferme.

Objectif(s)

  • L'objectif général est de mettre sur pied un réseau d'essai de cinq types de pièges (trois pièges automatisés, un piège maison semi-automatisé et un piège standard) pour le dépistage des espèces suivantes : hoplocampe, mouche de la pomme, tordeuse à bandes obliques, carpocapse de la pomme et sésie du cornouiller.
  • Pour chaque espèce et pour chacun des sites, il faudra comparer les pièges pour chacun des paramètres suivants :
    • précision de surveillance;
    • nombre de visites requises;
    • facilité de partage des données;
    • exactitude des données de dépistage; et
    • coûts.

De 2018 à 2021

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet contribuera à cibler de façon plus adéquate les traitements pesticides et de les réaliser à un moindre coût.

Partenaires

Centre de recherche sur les grains | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec - Prime-Vert, volet 3.2 | Clubs d'encadrement technique

Cela pourrait vous intéresser

Charançon de la prune
2015-2017 • Production fruitière

Lutte attracticide au charançon de la prune pour les vergers sous production conventionnelle et biologique

Une méthode de lutte attracticide a récemment été proposée par des chercheurs américains pour la lutte au charançon de la prune, mais elle est quasi-inutilisée en vergers, voire inconnue au Québec.

Chercheur : Gérald Chouinard

En savoir plus sur le projet

Gérald Chouinard
Oeuf de drosophile à ailes tachetées
2015-2017 • Production fruitière

Étude du lien entre les populations de drosophiles à ailes tachetées, les dommages et les pertes de rendement à la culture

Ce projet a permis de déterminer s'il y a une corrélation significative entre les captures d'adultes de drosophiles à ailes tachetées, les dommages et les pertes de rendement observées au champ.

Chercheure : Annabelle Firlej

En savoir plus sur le projet

Annabelle Firlej
Pommes
2019-2020 • Production fruitière

Stratégies d'éclaircissage sans carbaryl appuyées par la modélisation bioclimatique du bilan des glucides

Les prévisions du modèle seront utilisées afin d’ajuster la dose d’un agent éclaircissant (ANA) dans une parcelle avec et sans carbaryl sur deux sites pendant deux années afin de le valider sous les conditions climatiques du Québec et d’assurer le transfert technologique.

Chercheur : Vincent Philion

En savoir plus sur le projet

Vincent Philion