Optimisation de la date d'épandage du lisier de porc pour améliorer le rendement des cultures et protéger la qualité du sol, de l'eau et de l'air

Description

L'épandage de lisier de porc tard à l'automne peut comporter certains avantages agronomiques et environnementaux. Pour mieux renseigner les agronomes qui s'interrogent sur la valeur fertilisante et l'impact environnemental des différentes périodes d'épandage des lisiers de porc, ce projet propose de comparer trois dates d'épandage du lisier (tôt à l'automne, tard à l'automne et printemps suivant) avec la fertilisation à l'engrais minéral.

Objectif(s)

  • Mesurer l'impact de la date d'épandage du lisier de porc sur le rendement des cultures ainsi que sur la qualité de l'air, de l'eau et du sol.

De 2014 à 2017

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Santé des sols, Protection de l'eau, Qualité de l'air, Cohabitation en milieu agricole, Réglementation environnementale

Services

Ce projet a permis de conclure qu'il n'y aurait aucun inconvénient agronomique majeur à appliquer du lisier plus tard à l’automne par rapport aux dates actuellement permises.

Partenaires

Innov'Action | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Agriculture et Agroalimentaire Canada

Publications

Cela pourrait vous intéresser

2015-2016 • Grandes cultures

Effets des extrêmes climatiques sur la fertilisation organique en production biologique de grains

Revue de littérature, enquête afin de documenter les effets des extrêmes climatiques sur les rendements et élaboration de scénarios de cultures ou de pratiques agricoles.

Chercheur : Marc-Olivier Gasser

En savoir plus sur le projet

Marc-Olivier Gasser

Outil de diagnostic et de prédiction des exportations diffuses de sédiments et nutriments : GEODEP+N

Ce projet visait à intégrer les connaissances scientifiques actuelles afin de développer un outil de prévision à référence spatiale des exportations diffuses de sédiments, d’azote et de phosphore, applicable à l’échelle de la ferme et du bassin versant.

En savoir plus sur le projet

Aubert Michaud, retraité