Potentiel d’un mélange de plantes à fleurs pour favoriser les ennemis naturels des chenilles nuisibles aux crucifères

Description

D’une durée de trois ans, ce projet comprend l’étude des conditions d’implantation optimales d’un mélange de plantes à fleurs développé en Suisse, l’impact de son utilisation sur les chenilles nuisibles aux crucifères (abondance, parasitisme et dommages) et une budgétisation partielle mesurant la rentabilité et la faisabilité de l’utilisation de ce mélange dans les cultures de crucifères.

Objectif(s)

  • Vérifier le potentiel d’un mélange de plantes à fleurs, développé en Suisse, pour favoriser les ennemis naturels des chenilles des crucifères au Québec.
  • Déterminer les meilleures conditions d’établissement du mélange sous nos conditions.
  • Évaluer son impact sur l’abondance des chenilles des crucifères, leur parasitisme et leurs dommages.

De 2015 à 2018

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

L'utilisation d'insectes prédateurs d'ennemis d'une culture permet de réduire l'usage de pesticides.

Partenaire

Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec - Programme Prime-vert

Cela pourrait vous intéresser

2019-2022 • Production maraîchère

Améliorer l’efficacité de l’utilisation de l’eau dans la pomme de terre par une connaissance plus approfondie des cultivars

La sélection d’un cultivar devrait faire partie intégrante d’une stratégie de gestion raisonnée de l’irrigation. Le projet vise à optimiser l’utilisation de l’eau en production de pommes de terre.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin

Gestion quantitative et qualitative de l’eau dans les cultures

Conception et réalisation d'une formation destinée aux conseillers agricoles.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
2018-2020 • Production maraîchère

Effet sur les rendements de l'ajout d'inoculums mycorhiziens commerciaux sur des semences enrobées dans la culture de la carotte nantaise en sol minéral en début de transition biologique

Le projet vise à tester si les souches commerciales importées aux semis de la carotte nantaise parviennent à compétitionner les souches indigènes du sol pour coloniser la plante hôte et si, une fois la symbiose établie, celle-ci parvient à faire mieux que celle établie par les populations indigènes, dans un sol en transition biologique.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry