Lutte attracticide au charançon de la prune pour les vergers sous production conventionnelle et biologique

Gérald Chouinard, chercheur

Gérald Chouinard

Chercheur

450 653-7368
poste 340

Joindre Gérald Chouinard

Description

Une méthode de lutte attracticide a récemment été proposée par des chercheurs américains pour la lutte au charançon de la prune, mais, en raison d'un manque d'adaptation aux différents types de production (conventionnelle, biologique, haute densité, etc.), elle est quasi-inutilisée en vergers, voire inconnue au Québec. Comme pour les autres types de lutte attracticide actuellement disponibles en production pomicole (ex. contre le carpocapse et la mouche de la pomme), la lutte attracticide au charançon de la prune nécessite de combiner un attractif avec une très faible quantité d'un pesticide efficace. Elle peut aussi facilement être adaptée à la production biologique par le choix judicieux du pesticide en question.

Objectif(s)

  • Adapter la méthode de lutte attracticide (« attract and kill ») proposée par Tracy C. Leskey pour le charançon de la prune dans les vergers à haute densité du Québec, de type biologique et conventionnel, par les deux moyens suivants :
    • en faisant un essai comparatif de l'attraction (portion « attract ») dans un bloc de verger de chacun des deux types de production;
    • en faisant un essai comparatif de la mortalité (portion « kill ») pour deux nouveaux produits d'origine naturelle et un d’origine chimique.

De 2015 à 2017

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

La lutte attracticide au charançon de la prune peut aussi être utilisée en production biologique.

Partenaires

Cultivons l'avenir II | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Programme Innov'Action | Agriculture et Agroalimentaire Canada | Ferme Haut-Vallon | Anatis Bioprotection

Cela pourrait vous intéresser

Bleuets

Détection des spores de pucciniastrum geopertianum – rouille balais sorcière bleuet

Ce projet vise à déterminer si le symptôme de balais de sorcière, observable sur le bleuetier, est vraiment causé par la rouille Pucciniastrum geopertianum qui sévit sur le sapin baumier.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue
Pommiers
2017-2018 • Production fruitière

Analyse du flux de sève pour évaluer la dynamique d’absorption d’eau du pommier

Il est envisageable de mesurer le flux de sève du pommier et de l’associer aux conditions hydriques du sol et aux conditions météorologiques.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin