Évaluation de l’influence de facteurs biotiques et abiotiques sur l’efficacité de l’inondation printanière comme moyen de lutte physique contre la tordeuse des canneberges

Daniel Cormier, chercheur

Daniel Cormier

Chercheur, Ph. D.

450 653-7368
poste 360

Joindre Daniel Cormier

Description

La lutte chimique avec des insecticides de synthèse ou des bio-insecticides est le moyen actuellement utilisé par les producteurs pour combattre la tordeuse des canneberges, Rhopobota naevana.

Cet insecte constitue un ravageur majeur de la culture de la canneberge qui peut entrainer des pertes de rendement atteignant 95 % de la récolte. Les insecticides actuellement autorisés en régie biologique présentent une efficacité variable et limitée. Chaque année, la tordeuse des canneberges atteint des populations importantes et des traitements insecticides répétés sont nécessaires afin de réduire les populations sous le seuil économique des dommages.

Toutefois, il n’existe actuellement qu’un seul bio-insecticide homologué et utilisé par les producteurs de canneberges biologiques (Entrust, Spinosad), ce qui rend cette culture particulièrement vulnérable. L’inondation des champs de canneberges est un moyen de lutte qui était couramment utilisé pour lutter contre les ravageurs en cannebergière avant l’apparition des insecticides de synthèse. Une inondation de 48 h à la fin du mois de mai est toujours pratiquée pour lutter contre l’anthonome des atocas.

Au cours des dernières années, des diminutions importantes des populations de tordeuse des canneberges ont été observées à la suite de cette pratique. Toutefois, les facteurs de réussite de l’inondation printanière contre la tordeuse des canneberges demeurent mal compris, résultant en une forte variabilité d’efficacité lors de sa mise en application.

Objectif(s)

  • Évaluer l’effet de facteurs biotiques et abiotiques sur l’efficacité de l’inondation printanière afin de développer une stratégie de lutte physique contre la tordeuse des canneberges en régie biologique.
  • Identifier les stades larvaires les plus vulnérables à l’inondation.
  • Déterminer le temps d’inondation optimal.
  • Évaluer l’influence de la température et du taux d’oxygène dissous dans l’eau sur le taux de mortalité.
  • Évaluer l’efficacité en champs.

De 2019 à 2022

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

Ce projet permettra de réduire l'utilisation des insecticides en production de canneberges.

Partenaires

Club environnemental et technique Atocas Québec | Université du Québec à Montréal

Cela pourrait vous intéresser

2015-2016 • Production fruitière

Bleuetière infectée par le phytoplasme du flétrissement : mesurer la productivité de plants d’apparence saine n’ayant jamais reçu d’apports d’azote

Dans une bleuetière en corymbe où le phytoplasme du flétrissement a été détecté, les plants n’ayant jamais reçu d’apports d'azote par la fertilisation sont plus vigoureux et plus homogènes que les plants ayant reçu des apports d'azote.

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Christine Landry
2018-2021 • Production fruitière

Pièges automatisés pour la surveillance phytosanitaire des vergers : évaluation des systèmes actuels et potentiel futur pour le Québec

Ce projet vise à mesurer le potentiel actuel des pièges automatisés et d'extrapoler leur potentiel dans le contexte d'un réseau de surveillance pour les pommiers.

En savoir plus sur le projet

Gérald Chouinard
Daniel Cormier