Étude de synchronisation de la fourniture en N des engrais verts permettant la réduction ou le remplacement des applications de lisier de porc en post-levée du maïs-grain, en contexte de transition biologique

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure, agr., Ph. D.

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

L’une des priorités du secteur des grandes cultures biologiques est de mieux connaître le rôle des engrais verts (EV) par rapport à celui des engrais de ferme (EF) sur le rendement et de déterminer des régies qui permettent de maximiser l'apport en azote (N), un aspect déterminant en régies biologiques, puisque les engrais minéraux y sont proscrits. Usuellement, une plus grande part des besoins nutritionnels des cultures sont comblés avec les EF, comparativement aux EV, car ils sont riches en N efficace. Néanmoins, ils sont également riches en phosphore, ce qui peut présenter une contrainte importante dans les régions où les sols sont saturés en phosphore (P). L’usage des EV apporte également son lot de défis. Entre autres, contrairement aux EF qui peuvent être appliqués au moment voulu selon les besoins de la culture (ex. post-levée du maïs), les EV doivent avoir le temps d’accumuler suffisamment de N dans leurs tissus et ce N doit être rendu disponible à la suite d’une minéralisation efficace et synchronisée avec le pic de besoins de la culture produite.

Obtenir le N nécessaire au bon moment pourrait aussi se faire en important une coupe d’EV très fermentescible et riche en N dans une fenêtre précédant de quelques jours la période pic de besoins en N du maïs. Cette coupe pourrait être pratiquée sur une prairie de légumineuses voisine. Cette pratique, communément appelée « cut and carry », pourrait ainsi offrir une alternative à la culture d’EV pleine saison ou à la dérobée l’année précédente. De plus, cette technique pourrait encourager le maintien ou le retour des superficies en prairies qui ont diminué de 25 % au profit des cultures annuelles ces trente dernières années.

Objectif(s)

Le présent projet a donc comme objectif principal de présenter un moyen de combler une part significative des besoins en N de cultures exigeantes en cet élément grâce à une meilleure synchronisation de la fourniture en N, tout en préservant la fenêtre de production de revenus du producteur l’année précédant ces cultures.

De 2018 à 2020

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes

Service

Ce projet permettra de réduire les applications de lisier de porc dans les champs.

Partenaires

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec - Direction régionale de la Chaudière-Appalaches

Cela pourrait vous intéresser

2014-2017 • Grandes cultures

Propagation végétative et capacité régénérative du chardon et du laiteron sous régie biologique

Le but du projet était d’étudier la propagation végétative et la capacité de régénération du chardon et du laiteron afin d’établir des stratégies efficaces de désherbage.

Chercheure : Maryse Leblanc

En savoir plus sur le projet

Maryse Leblanc
2018-2019 • Grandes cultures

L'HebdEau : un projet pilote qui propose des outils d'aide à la décision pour la gestion de l'irrigation

Ce projet vise à offrir un outil d’aide à la décision qui s’appuie sur des observations en parcelles phares et sur la diffusion d’informations pertinentes aux entreprises qui irriguent.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
2014-2017 • Grandes cultures

Développement et adaptation de technique de cultures de couverture à la région de l'Estrie (volet économique)

Dans ce projet réalisé par le Club agroenvironnemental de l’Estrie, l’IRDA est responsable de l’analyse économique

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet