Lutte biologique aux vers-gris par les travaux de sol saisonniers associés aux cultures de couverture pour la production des crucifères biologiques

Annabelle Firlej, chercheure

Annabelle Firlej

Chercheure, Ph. D.

450 653-7368
poste 363

Joindre Annabelle Firlej

Description

Plusieurs cultures légumières tels que les crucifères sont fortement endommagées au printemps par la présence de vers-gris, et les producteurs en régie biologique sont actuellement à court de solutions pour faire face à la situation. L’écologie des vers-gris dans le champ et les techniques d’échantillonnage de ces ravageurs sont plutôt méconnues. Bien que des essais étudiant l’incidence des mauvaises herbes et des labours sur ces derniers aient déjà été réalisés en Europe et en Amérique du Nord, aucun travail de ce genre n’a été mené à ce jour au Québec. L'objectif de cette étude est d’évaluer des pratiques de labour et d’enfouissement des cultures de couverture pour limiter les dommages des vers-gris sur les cultures légumières. Dans un premier temps, la technique d’échantillonnage des chenilles jugée la meilleure parmi les pièges fosses, les pièges appâts, les pièges refuges et le tamisage de sol sera sélectionnée afin caractériser leur répartition spatiale avant et après l’implantation d’une culture légumière. L’effet au champ de différentes méthodes de destruction des cultures de couverture sur les populations de ver-gris noir et moissonneur sera ensuite évalué :

  • labour d’automne (sol nu);
  • culture de couverture fauchée à l’automne et résidus incorporés au printemps;
  • culture de couverture fauchée et incorporée partiellement à l’automne;
  • culture de couverture fauchée et incorporée complètement à l’automne.

L’effet de ces traitements sur l’abondance et sur la répartition spatiale des vers-gris dans des parcelles de choux permettra de mettre en lumière la meilleure pratique permettant une répression adéquate des vers-gris en production légumière biologique.

Objectif(s)

  • Déterminer la meilleure technique d’échantillonnage dans les champs et en bordure des champs parmi quatre techniques afin caractériser la répartition spatiale des chenilles avant et après l’implantation d’une culture légumière.
  • Évaluer l'effet au champ de trois méthodes de destruction des cultures de couverture sur les populations de ver-gris noir et moissonneur.

De 2020 à 2023

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

Ces travaux aideront les producteurs biologiques à limiter les dommages aux cultures légumières causés par les vers-gris.

Partenaire

Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec

Cela pourrait vous intéresser

2019-2021 • Production maraîchère

Étude comparative d’engrais organiques à haut ratio N efficace/P total pour le développement de stratégies de fertilisation productives et durables en maraîchage biologique

Les granules de farine de luzerne seront testés dans une culture de brocolis sur buttes plastifiées et irriguées, et comparées avec deux engrais organiques en plus d’un témoin sans apport d’azote.

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Caroline Côté
2017-2018 • Production maraîchère

Utilisation de la confusion sexuelle pour lutter contre la cécidomyie du chou-fleur dans le brocoli

Ce projet comparera le potentiel de différents mélanges de phéromones dans leur capacité à nuire à l’habileté des mâles de cécidomyie du chou-fleur à localiser les femelles de cécidomyies du chou-fleur.

En savoir plus sur le projet

2018-2020 • Production maraîchère

Effet sur les rendements de l'ajout d'inoculums mycorhiziens commerciaux sur des semences enrobées dans la culture de la carotte nantaise en sol minéral en début de transition biologique

Le projet vise à tester si les souches commerciales importées aux semis de la carotte nantaise parviennent à compétitionner les souches indigènes du sol pour coloniser la plante hôte et si, une fois la symbiose établie, celle-ci parvient à faire mieux que celle établie par les populations indigènes, dans un sol en transition biologique.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry