Le chia : une nouvelle culture pour la production biologique au Québec

Description

Par sa haute teneur en omégas, le chia fait partie des aliments que l'on qualifie aujourd'hui de « super aliments » ou d'aliments fonctionnels. Le chia, en tant que culture d'appoint, peut contribuer à la diversification et à la rentabilité des fermes biologiques. Réalisé sur la Plateforme d’innovation en agriculture biologique, ce projet de deux ans a permis de comparer les rendements en graines de chia pour trois dates de semis et trois taux de semis. Des observations ont été effectuées pour répertorier les maladies et les insectes potentiellement nuisibles à cette nouvelle culture. Une analyse technico-économique a validé la faisabilité de la culture du chia, à la suite de l'évaluation des coûts de production.

Objectif(s)

  • Déterminer le potentiel de la culture du chia au Québec.
  • Vérifier la possibilité de cultiver des variétés de chia développées au Kentucky et qui fleurissent tôt en saison.
  • Identifier les meilleures pratiques culturales.
  • Effectuer une analyse technico-économique pour confirmer la rentabilité de cette culture au Québec.

De 2015 à 2018

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Agriculture biologique

Service

Il est possible de cultiver du chia biologique au Québec et d'obtenir des rendements supérieurs à ce qui se fait en Argentine.

Partenaires

Cultivons l'avenir II | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec | Programme Innov'Action | Agriculture et Agroalimentaire Canada | Agri-Fusion 2000

Cela pourrait vous intéresser

iPad
2015-2017 • Grandes cultures

Estimation de la valeur économique de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides en grandes cultures

Ce projet visait à estimer l’impact économique du développement de la résistance des mauvaises herbes aux herbicides.

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Luc Belzile
Engrais verts
2014-2017 • Grandes cultures

Impacts agronomiques et environnementaux de divers types d’engrais organiques et d’engrais verts en production biologique de grandes cultures

Ce projet a permis d’évaluer l’effet de différents modes de fertilisation du maïs, du soya et du blé sur les rendements commercialisables, la qualité des récoltes et les pertes de nitrates et de microorganismes potentiellement pathogènes pour l’humain l’environnement.

Chercheure : Caroline Côté

En savoir plus sur le projet

Caroline Côté
Chardon
2014-2017 • Grandes cultures

Propagation végétative et capacité régénérative du chardon et du laiteron sous régie biologique

Le but du projet était d’étudier la propagation végétative et la capacité de régénération du chardon et du laiteron afin d’établir des stratégies efficaces de désherbage.

Chercheure : Maryse Leblanc

En savoir plus sur le projet

Maryse Leblanc