Évaluation de moyens de lutte contre la cécidomyie du chou-fleur en agriculture biologique

Description

Depuis 2003, la cécidomyie du chou-fleur est devenue le principal ravageur des crucifères au Québec. Sa présence pendant toute la saison de croissance, ses dommages difficiles à détecter et son comportement cryptique qui la protège des insecticides rendent la lutte contre cet insecte très difficile. Les producteurs biologiques utilisent des filets anti-insectes dont les coûts opérationnels sont élevés. Ces constats indiquent qu’il devient impératif de développer des options pour obtenir une bonne répression de ce ravageur.

Objectif(s)

  • Évaluer des stratégies de lutte contre la cécidomyie du chou-fleur qui soient efficaces et économiquement rentables, tout en étant respectueuses de la santé humaine et de celle des écosystèmes.
  • Évaluer des stratégies pour lutter contre la cécidomyie du chou-fleur dans la culture biologique de crucifères à partir des données déjà disponibles au Québec, dans les autres provinces canadiennes, aux États-Unis et ailleurs dans le monde

De 2014 à 2018

Durée du projet

Production maraîchère

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances, Agriculture biologique

Services

Ces travaux permettront de développer une stratégie de lutte contre le plus redoutable ennemi du chou-fleur.

Partenaire

Cultivons l'avenir II

Cela pourrait vous intéresser

Plants de pommes de terre
2014-2017 • Production maraîchère

Caractérisation biologique des sols pour accroître la productivité des pommes de terre et pour conserver la santé des sols

L'accroissement de la productivité des systèmes de production de pommes de terre et la préservation de la qualité des sols nécessitent une meilleure connaissance des interactions entre les propriétés biologiques, physico-chimiques et agronomiques des sols cultivés sous divers environnements.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue
Champ de pommes de terre
2016-2019 • Production maraîchère

Approche intégrée de fertilisation azotée permettant la production rentable de pommes de terre biologiques générant un bilan phosphore équilibré

Il existe un grand besoin de tester l’usage d’engrais verts comme source principale d'azote en culture de pommes de terre, lesquels contribuent aussi au maintien de la qualité des sols et à la lutte aux mauvaises herbes.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
Ferme - Île d'Orléans

Le défi de l’eau : l’Île d’Orléans se mobilise

Ce projet vise à explorer et à expérimenter de nouvelles approches et façons de faire pour maintenir, développer et mettre en valeur le secteur bioalimentaire de l'Île d'Orléans en évaluant des solutions qui ont le potentiel de diminuer, voir éliminer, le déficit hydrique sur ce territoire.

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Stéphane Godbout