État de la situation du ratio carbone labile / carbone organique total des sols de la région du Saguenay–Lac-St-Jean

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure, agr., Ph. D.

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

Le carbone labile (actif) provient principalement des ajouts récents de matières organiques. Il inclut le carbone de la biomasse microbienne, la matière organique particulaire et les glucides du sol (hydrates de carbone). Il est très sensible aux changements de régies de culture, est la source majeure de nourriture (énergie) pour les microorganismes du sol et serait un très bon indicateur de fertilité d’un sol. Les amendements organiques ayant un indice de stabilité biologique plus faible apportent davantage de carbone labile au sol (ex. engrais verts, fumier de volaille granulé (type actisol), lisiers). Les résultats de précédents essais comparatifs avec des engrais verts sont particulièrement percutants. En effet, malgré un contenu estimé en éléments fertilisants parfois très faible, leur apport réel mesuré est beaucoup élevé que l'estimation initiale. Ces résultats s’expliqueraient par l'apport important de carbone labile au sol par l'engrais vert, stimulant ainsi la vie microbienne et la minéralisation par le fait même. D’autres études démontrent également que le carbone actif joue un rôle dans la disponibilité du phosphore. Effectivement, le carbone labile utiliserait les mêmes sites de fixation que le phosphore dans le sol. Ainsi, un apport en carbone labile déménagerait une quantité de phosphore vers la solution du sol, le rendant de nouveau disponible pour l'assimilation par les plantes en croissance.

Objectif(s)

  • Étudier le comportement de la fraction labile du carbone organique sous les conditions climatiques du Saguenay–Lac-St-Jean.
  • Dresser un portrait régional dans le but d’étendre l’initiative à l’ensemble du Québec.

De 2019 à 2020

Durée du projet

Production maraîchère, Production fruitière, Grandes cultures

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes, Santé des sols

Services

Ce portrait de la situation du carbone au Saguenay–Lac-Saint-Jean pourrait être reproduit dans l'ensemble du Québec.

Partenaire

Groupe multiconseil agricole Saguenay–Lac-Saint-Jean

Cela pourrait vous intéresser

Le défi de l’eau : l’Île d’Orléans se mobilise

Ce projet vise à explorer et à expérimenter de nouvelles approches et façons de faire pour maintenir, développer et mettre en valeur le secteur bioalimentaire de l'Île d'Orléans en évaluant des solutions qui ont le potentiel de diminuer, voir éliminer, le déficit hydrique sur ce territoire.

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Stéphane Godbout
2018-2020 • Production maraîchère

Effet sur les rendements de l'ajout d'inoculums mycorhiziens commerciaux sur des semences enrobées dans la culture de la carotte nantaise en sol minéral en début de transition biologique

Le projet vise à tester si les souches commerciales importées aux semis de la carotte nantaise parviennent à compétitionner les souches indigènes du sol pour coloniser la plante hôte et si, une fois la symbiose établie, celle-ci parvient à faire mieux que celle établie par les populations indigènes, dans un sol en transition biologique.

Chercheure : Christine Landry

En savoir plus sur le projet

Christine Landry
2014-2018 • Production maraîchère

Lutte contre la chrysomèle rayée du concombre en production biologique de cucurbitacées

Ce projet permettra de valider l’efficacité de différents produits phytosanitaires contre la chrysomèle rayée du concombre en production biologique de cucurbitacées.

En savoir plus sur le projet