Impacts de la température et du type de fertilisant organique sur la fourniture en azote du sol et la productivité des cannebergières en régie biologique

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

La production biologique de canneberges offre des prix deux fois plus élevés que la production conventionnelle et, avec 30 % des superficies totales, le Québec en est un leader mondial. La profitabilité de la production biologique pourrait toutefois être haussée en réduisant l’écart des rendements de 24 % observé avec la régie conventionnelle grâce à une meilleure maîtrise de la fertilisation azotée. Cette dernière repose sur des engrais organiques dont la fourniture en azote est modulée par la température, ce qui complique le contrôle de sa disponibilité (quantité et synchronisation).

Ainsi, lors d’un manque d’azote au printemps, d’une surfertilisation ou d’un relâchement trop tardif en saison, il peut survenir des diminutions du rendement ou de la qualité des récoltes, un moins bon potentiel de fructification pour l’année suivante ou une hausse de la sensibilité des plants aux maladies. Cette problématique sera de plus renforcée par la hausse de la variabilité des températures dues aux changements climatiques. Ainsi, il devient prioritaire de caractériser le relâchement de l’azote de divers engrais organiques selon la température et de tester les doses d’apport par courbe de réponse sur le terrain afin de fournir aux producteurs une régie de fertilisation optimale et flexible.

Objectif(s)

Permettre une gestion flexible de la fertilisation azotée (type et doses) selon la température pour de meilleurs rendements. Ainsi, pour trois engrais organiques :

  1. établir en laboratoire leurs caractéristiques biochimiques et leur vitesse de minéralisation et de relâchement de l’azote disponible selon la température;
  2. établir au champ leur impact sur la dynamique de l’azote disponible;
  3. évaluer l’activité biologique et la santé des sols;
  4. mesurer la nutrition en azote de la culture;
  5. déterminer la dose d’apport par courbe de réponse;
  6. calculer et comparer les marges sur coûts variables.

De 2020 à 2022

Durée du projet

Production fruitière

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes, Agriculture biologique

Services

Ce projet contribuera à l'essor de la production biologique de canneberges.

Partenaires

Association des producteurs de canneberges du Québec | Acti-Sol | Atocas Blandford | Citadelle | Cranberry Institute | Fruits d’Or | Ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation | Nature Canneberge | Ocean Spray | Organic Ocean | Vivaco groupe coopératif

Cela pourrait vous intéresser

Fraises
2015-2017 • Production fruitière

Évaluation de stratégies d'irrigation afin d'améliorer la nutrition minérale de la fraise d'été biologique produite sur sol butté recouvert de paillis de plastique noir

Le projet se déroule à la Plateforme d'innovation en agriculture biologique de l'IRDA. Les fraises (cultivar Cleary) sont produites sur un sol butté recouvert de paillis de plastique noir.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
Verger
2018-2021 • Production fruitière

Pièges automatisés pour la surveillance phytosanitaire des vergers : évaluation des systèmes actuels et potentiel futur pour le Québec

Ce projet vise à mesurer le potentiel actuel des pièges automatisés et d'extrapoler leur potentiel dans le contexte d'un réseau de surveillance pour les pommiers.

En savoir plus sur le projet

Gérald Chouinard
Daniel Cormier
Mouche de la pomme, Crédit photo : Laboratoire d'expertise et de diagnostic en phytoprotection - MAPAQ
2019-2020 • Production fruitière

Diminution de l'utilisation des insecticides dans les vergers grâce au piégeage massif de la mouche de la pomme avec des sphères attractives

Projet de diminution de l’utilisation des insecticides chimiques dans les vergers en luttant contre la mouche de la pomme grâce à un piégeage massif.

Chercheur : Daniel Cormier

En savoir plus sur le projet

Daniel Cormier