Projet d'amélioration de la gestion de l'azote dans la culture du maïs-grain au Québec

Christine Landry, chercheure

Christine Landry

Chercheure, agr., Ph. D.

418 643-2380
poste 640

Joindre Christine Landry

Description

L'azote est l'élément nutritif principal du maïs et, en 2017, 448 000 ha ont été ensemencés au Québec en maïs-grain et en maïs fourrager. Les recommandations actuelles suggèrent des apports azotés entre 120 et 170 kg par hectare (Parent et Gagné, 2010), mais la dose courante d’azote serait de 200 kg et elle atteint parfois 240 kg. Le dosage apparemment excessif de l’azote est attribuable à des incertitudes quant à l’influence de nombreux facteurs comme le climat, le drainage et l’humidité du sol, les besoins des hybrides, les rotations des cultures, le travail du sol, la compaction, le pH et la nature du sous-sol. Des modèles ont été développés pour aider à évaluer la dose optimale d'azote à appliquer en post-levée à partir de différents paramètres. Ces modèles sont plus ou moins précis, car ils ne tiennent pas compte de la santé des sols dans leurs calculs. Effectivement, le degré de dégradation d'un sol influence sa teneur en eau, sa microbiologie et le développement racinaire. Il apparaît donc essentiel d'intégrer ce facteur dans les modèles de gestion de l'azote.

Objectif(s)

  • Évaluer le lien entre la santé des sols et les besoins en fertilisation azotée du maïs.
  • Dresser un bilan des prélèvements en azote de la culture sous différentes conditions.
  • Faire de la sensibilisation auprès des conseillers et des agriculteurs et les inciter à améliorer leur gestion de l'azote.
  • Améliorer la gestion de l'azote dans la culture du maïs-grain.

De 2019 à 2023

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Gestion des matières fertilisantes

Service

Ces travaux limiteront la fertilisation excessive observée chez plusieurs producteurs de maïs.

Partenaire

Groupe PleineTerre

Cela pourrait vous intéresser

2019-2022 • Grandes cultures

Impact des céréales d’automne sur la rentabilité, l’amélioration de la santé du sol et la réduction de l’usage des pesticides par rapport aux céréales de printemps

Dix sites d’essai seront installés deux années consécutives chez les producteurs dans dix régions en régie conventionnelle ou biologique pour comparer la performance des céréales d’automne à celle des céréales de printemps.

Chercheurs : Marc-Olivier Gasser Caroline Côté Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Marc-Olivier Gasser
Caroline Côté
2014-2017 • Grandes cultures

Développement et adaptation de technique de cultures de couverture à la région de l'Estrie (volet économique)

Dans ce projet réalisé par le Club agroenvironnemental de l’Estrie, l’IRDA est responsable de l’analyse économique

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

2016-2018 • Grandes cultures

Identifier des indicateurs biologiques de la santé des sols par l'analyse métagénomique de sols cultivés en grandes cultures sous diverses régies

Le projet propose d’identifier et d’intégrer des indicateurs biologiques aux outils d’aide à la décision pour conserver la santé et la productivité des sols et les cultiver selon des systèmes de production durables.

Chercheur : Richard Hogue

En savoir plus sur le projet

Richard Hogue