Validation et mise en oeuvre d'un modèle prévisionnel de la sclérotiniose du soya au Québec

Marc-Olivier Gasser, chercheur

Marc-Olivier Gasser

Chercheur

418 643-2380
poste 650

Joindre Marc-Olivier Gasser

Description

La sclérotiniose, aussi appelée moisissure blanche ou pourriture à sclérotes, est causée par le champignon Sclerotinia sclerotiroum et se trouve partout dans le monde. Au Québec, ce champignon se trouve fréquemment dans les champs de soya. Les pertes de rendement sont généralement entre 0 % et 20 % en fonction de l'humidité, de la température et du choix de cultivar, mais peuvent créer des pertes plus élevées quand les conditions de développement de la maladie sont favorables. À date, il n'y a aucune méthode de prédiction de risque des taux de sclérotiniose au Québec, un outil qui permettrait une utilisation raisonnée des fongicides en fonction de leur nécessité et de leur rentabilité. Des modèles prévisionnels existent pour la sclérotiniose aux États-Unis et pour la sclérotiniose du canola en Saskatchewan, mais ils n'ont pas encore été validés au Québec. L'objectif de ce projet est de mettre à l’essai au moins un modèle prévisionnel (dont le modèle du Michigan State University) et d’adapter ou de développer un modèle le plus adéquat possible sous les conditions québécoises. Pendant trois ans, des dépôts de sclérotes seront mis au champ pour mieux comprendre comment les facteurs environnementaux (température, précipitations, humidité, vent et type de sol) et les facteurs agronomiques (espacement des rangs, couverture/fermeture des rangs, choix de cultivar, date de floraison, travail du sol, quantité de mauvaises herbes et rotations dans les cinq dernières années) affectent la germination des sclérotes, c’est-à-dire l’apparition des apothécies et le taux de sclérotiniose au champ. Trois années de données météorologiques ainsi que les données et observations constituant des facteurs affectant le taux d'infection seront utilisées pour développer et valider un modèle de prédiction. Un ou plusieurs modèles seront intégrés dans le logiciel CIPRA en cours de projet et le modèle le plus adéquat sera adopté et conservé en fin de projet. Une meilleure compréhension des facteurs de risques favorisant le développement de cette maladie permettra d'adopter une stratégie de lutte plus respectueuse de l'environnement et plus économique pour les agriculteurs du Québec.

Objectif(s)

  • Établir un réseau de surveillance de la sclérotiniose du soya.
  • Valider la corrélation de l’émergence et la quantité d’apothécies, ainsi que le taux de maladie, avec des facteurs environnementaux et agronomiques.
  • Évaluer, adapter ou développer un modèle de prédiction du risque d’infection du soya par Sclerotininia sclerotiorum pour le Québec.

De 2019 à 2021

Durée du projet

Grandes cultures

Secteurs d'activité

Pesticides et lutte aux nuisances

Service

Ce projet débouchera sur une stratégie de lutte économique et respectueuse de l'environnement pour combattre la moisissure blanche du soya.

Partenaire

Centre de recherche sur les grains

Cela pourrait vous intéresser

Foule

Une caravane de l’irrigation : caractériser, diagnostiquer, optimiser et sensibiliser

Ce projet proposait de mettre sur pied une Caravane de l’irrigation qui interviendra dans huit régions agricoles du Québec.

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
2018-2019 • Grandes cultures

Améliorer l’efficacité d’utilisation de l’eau de pluie et d’irrigation par la culture : intervenir dans le système cultural de la pomme de terre

Ce projet propose d’intervenir dans un système cultural typique de la pomme de terre afin de favoriser la valorisation de l’eau et de l’azote par cette culture. 

Chercheur : Carl Boivin

En savoir plus sur le projet

Carl Boivin
2018-2022 • Grandes cultures

Lutte biologique contre le charançon de la silique dans la culture du canola – Volet économique

Ce projet vise à perfectionner les méthodes de lutte biologiques contre le charançon de la silique dans la culture du canola. Dans ce projet initié par Agriculture et Agroalimentaire Canada et mené au Québec par l’UQAM, l’IRDA assure l’analyse économique des pratiques mises à l’essai.

Chercheur : Luc Belzile

En savoir plus sur le projet

Luc Belzile